Historique

L’Inspection Générale d’Etat (IGE) est un organe de contrôle administratif. Après l’indépendance, le contrôle a posteriori des finances publiques était assuré par « l’Inspection Mobile des services administratifs et financiers » placée respectivement sous la tutelle du Premier Ministre de 1960 à 1963 puis du Ministre des finances de 1963 à 1972.

Cet organe a bénéficié de l’encadrement des Assistants techniques français qui ont joué un grand rôle dans la formation des cadres.

En 1972, l’Inspection Mobile des services administratifs et financiers a été remplacée par l’Inspection Générale d’Etat (IGE), par décret N°72/192 du 15 septembre 1972 instituant une Inspection Générale d’Etat, définissant ses structures et fixant les règles de son fonctionnement. L’IGE est placée sous la haute autorité du Président de la République.

Depuis sa création, l’Inspection Générale d’Etat a apporté sa modeste contribution au processus d’assainissement des finances publiques en incitant peu à peu au respect des règles et normes en matière de gestion des deniers publics. Son action a été rehaussée avant les années 1990 par les poursuites devant le Tribunal Spécial pour la répression des détournements des deniers publics.

Jusqu’à l’opérationnalisation de la Cour des comptes en 2009, l’Inspection Générale d’Etat assurait le rôle d’Institution Supérieure de Contrôle des finances publiques (ISC). A ce titre, elle a été membre de l’Organisation Internationale des Institutions Supérieures de Contrôle des finances publiques (INTOSAI) et a abrité pendant 29 ans, de 1976 à 2005, le Secrétariat Général de l’Organisation Africaine des Institutions Supérieures de Contrôle des finances publiques (AFROSAI).